0

Effort et Charge, l’éternel débat

Que ce soit en terme de temps à passer, de réflexion à mener, de difficulté de réalisation, d’échanges et d’ateliers à tenir.

Peu importe les tâches que nous réalisons, elles représentent forcément un investissement à fournir.

Du coup, estimer cet investissement peut être problématique.

Réduire simplement cet ensemble à un temps à passer est réducteur, peut être dévalorisant et ne représente pas forcément la complexité d’une tâche.

C’est pour cela que l’on va privilégier en Agilité une échelle qui se dégage d’une simple valeur temps.

Joli Backlog ! (cf T-shirt Sizing)

Mais une fois ceci dit, plusieurs questions se posent, nous allons essayer d’y répondre.

Quelle échelle choisir?

Nombre de jours/heures par Homme

Comme on l’a vu cette échelle est très contractuelle. Pratique quand il est question de facturer, elle peut mettre une pression folle sur l’équipe.

Surtout que plus le temps à passer est important, plus la valeur indiquée devient arbitraire.

Un développement de 8 jours/hommes va certainement dériver de manière optimiste ou pessimiste… . Du coup, on perd rapidement en intérêt.

Bref, n’importe quel agiliste ne vous orienterait pas vers ce choix.

T-shirt sizing

Cette méthode consiste à évaluer l’effort à fournir avec les tailles de t-shirt : S, M, L, XL, XXL. Plus d’infos sur cette méthode dans le glossaire.

Avantage? Elle se prend rapidement en main, et cela parle rapidement aux novices.

Son inconvénient réside qu’elle est parfaitement subjective de base. Et il est impossible d’avoir un effort global en additionnant les valeurs.

C’est son objectif, certes, mais dans les débats, comment trancher entre L et XL, quel sens au final? Vous allez vite avoir la question.

Et en terme d’évaluation contractuelle c’est plutôt compliqué à présenter sur la facture.

Une proposition simple qui peut être décriée par les puristes : rapprocher chaque taille d’un intervalle temps. Exemple :

  • S : <0.5j
  • M : 0.5j – 1j
  • L : 1j-2j
  • XL : 3-5 j
  • XXL : 5-10 j

On considère ici que plus l’effort est conséquent plus le temps à investir est imprécis.
Il est ainsi possible, en additionnant entre elles les bornes optimistes et les bornes pessimistes, d’obtenir un intervalle de charge globale.

Suite de Fibonacci

Même principe que le T-Shirt Sizing, mais avec une suite de valeur évoluant de manière exponentielle.

Spirale de Fibonacci

Son avantage réside dans le fait que l’on peut additionner les valeurs pour obtenir un effort global (exemple sur un sprint).
Et en plus, le côté exponentiel provoque un impact psychologique sur l’évaluation.

Son inconvénient, encore une fois, réside dans le côté très subjectif de l’évaluation. 8 ou 13 quelle différence? La question revient souvent.

Ainsi, comme pour le T-shirt sizing, je recommande de lier les valeurs avec des intervalles temps. Plus la valeur sera importante, moins l’intervalle sera précis. Exemple :

  • 1 : 1 heure
  • 2 : 2 heures
  • 3 : 3 heures
  • 5 : 0.5 – 1j
  • 8 : 1 – 2j
  • 13 : 2 – 5j
  • 20 5-10 j
  • 40 : > 10 j

Inutile de préciser que des stories avec des efforts conséquents sont généralement à scinder.

Comment comparer deux projets différents?

Sans rapprochement avec une échelle temps, souvent chaque projet va s’approprier le mode d’évaluation de manière différente.
Un équipier qui passe ainsi d’un projet à un autre peut vite se retrouver perdu.

Comparaison difficile

Il va aussi être difficile d’obtenir des visions portefeuille de projets, qui permettra au DSI d’avoir une vision globale sur l’activité.

Avec un rapprochement avec une échelle temps, c’est bien plus simple.
On peut ainsi proposer des synthèses bien plus construites sur l’estimation.

Et le réalisé, faut-il le mesurer?

Souvent pour mesurer le réalisé, certains outils se basent sur un temps passé à saisir sur les tâches.
Contraignant à alimenter, mal interprété, et pas intuitif, je déconseille ce fonctionnement.

Il faut estimer qu’une équipe Agile va s’améliorer dans le temps et les estimations vont devenir de plus en plus précises.

Ainsi au bout d’une certaine période, les estimations seront ainsi extrêmement proches de la réalité, et pourront donc faire foi.

Qui estime?

Celui ou ceux qui estiment sont ceux qui réalisent.

Une pré-évaluation va pouvoir être effectuée par le PO ou mieux le proxy PO, mais elle n’aura pas de valeur lors de la planification.

Pour estimer, plusieurs outils bien connus existent, comme le planning pocker, mais c’est une autre histoire… .

Jérôme CLET

Product Owner, Proxy PO au grès des projets, je travaille au service IT d'une grande Ecole de Commerce. J'ai grandement participé à l’émancipation des méthodes dites Agile dans mon contexte de travail. Plutôt que d'Agilité, je préfère amplement parler de "bon sens", tellement chaque cadre proposé répond à des évidences.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.